Les hormones, l’activité physique, l’alimentation et plus encore

Même si les ovaires ne sont pas plus puissants que l’esprit féminin, tout comme les hommes ne sont pas contrôlés uniquement par l’instinct, nos comportements sont également influencés au quotidien par nos hormones. Il est donc d’autant plus important de connaître son cycle et d’utiliser ces connaissances en lien avec l’alimentation, l’humeur et la forme physique.

Les règles

Alimentation :
De nombreuses femmes perdent un peu de poids pendant leurs règles, ce qui est dû à une augmentation du métabolisme et à l’élimination d’eau et de liquides. Ceci est associé à la baisse des taux d’œstrogène et de progestérone pendant cette phase, comme la grossesse n’a pas eu lieu.

Humeur :

Avec la baisse des hormones, tu peux te sentir détendue et calme pendant la première semaine de ton cycle.

Forme physique :

Même si tu préfères ne pas faire d’activités sportives pendant cette période, sache que le sport peut être bénéfique. L’exercice physique permet de réduire les crampes et les douleurs musculaires. Au début d’un nouveau cycle, les taux d’œstrogène et de progestérone sont au plus bas. Mais ces hormones entament une remontée progressive pendant les règles. Tu auras peut-être remarqué que tu as plus d’énergie à dépenser que les semaines précédentes.

La phase pré-ovulatoire

Alimentation :

Des recherches ont montré que les œstrogènes agissaient comme un coupe-faim, donc même si tu as envie d’aliments riches en glucides, ils seront brûlés plus facilement pendant cette période !

Humeur :

Vers la fin des règles, le taux d’œstrogène augmente, ce qui devrait te donner plus d’énergie, améliorer ton humeur, et tes capacités à t’exprimer oralement et à apprendre de nouvelles choses. L’hormone sexuelle masculine prédominante, la testostérone, a également une influence importante sur l’humeur des femmes pendant cette phase. Tu constateras peut-être également une hausse de libido, car la testostérone augmente autour de l’ovulation. 

Forme physique :

Tu devrais te sentir plus forte et plus capable lors de tes séances de sport pendant cette période. C’est le moment idéal pour se concentrer sur ta force et sur des entraînements plus difficiles. Tu devrais développer du muscle plus rapidement, grâce à l’augmentation des œstrogènes.

L’ovulation

Alimentation :

Au moment de l’ovulation et après cette période, le corps produit davantage de progestérone, l’hormone du corps jaune. En même temps, le taux de sucre dans le sang augmente afin que l’embryon soit bien alimenté en sucre en cas de grossesse éventuelle. Dans la phase folliculaire tardive, lorsque l’œstrogène atteint son pic, tu devrais avoir moins faim. Dans la phase lutéale, le niveau d’énergie diminue, mais l’appétit augmente. Les envies d’aliments spécifiques sont des signes typiques qui annoncent la période prémenstruelle.

Humeur :

Tu vas peut-être te sentir plus léthargique et plus fatiguée au moment de l’ovulation. Cela est dû à l’augmentation et à la baisse des taux d’œstrogène, ainsi qu’à l’augmentation de la progestérone après l’ovulation.

Forme physique :

Si tu veux stimuler ton énergie et ton humeur pendant cette période, tu peux pratiquer une activité physique. Essaie de trouver du temps dans ton emploi du temps pour faire de l’exercice, peut-être le matin avant que ton niveau d’énergie ne diminue au fil de la journée.

La phase post-ovulatoire

Alimentation :

On observe un appétit plus important vers la fin du cycle de certaines femmes. C’est tout à fait normal, car le métabolisme augmente de 5 à 10 %. Il est recommandé de manger équilibré pour éviter l’hypoglycémie, plus fréquente pendant cette phase. Il a également été démontré que manger plus de protéines était bénéfique pendant la phase lutéale, car la progestérone a des effets cataboliques (fonte musculaire) sur l’organisme.

Humeur :

Il n’est pas rare de se sentir irritable ou d’humeur maussade pendant cette phase, car le taux d’œstrogène diminue et le taux de progestérone augmente. Tu peux te sentir un peu plus fatiguée, ce qui est associé à un taux de progestérone plus élevé. La progestérone est également connue comme le valium du corps et, lorsqu’elle est métabolisée, elle a un effet calmant sur l’organisme. Profite de cette phase pour te ménager.

Forme physique :

Les fluctuations hormonales durant cette phase ont un effet sur la coordination et la température corporelle, ce qui entraîne une baisse des performances physiques.   

Daysy 2.0 - ton moniteur de fertilité personnel
299.00 EUR

Incl. TVA et frais de transport - Produit disponible - délai de livraison: 2-3 jours*

Daisy calcule ta période de fertilité : Ton état de fertilité va être affiché soit en rouge (vous êtres fertile) soit ...

1) Asarian L, Geary N. Sex differences in the physiology of eating. Am J Physiol Regul Integr Comp Physiol. 2013 Dec;305(11):R1215-67.

2) Asarian L, Geary N. Modulation of appetite by gonadal steroid hormones. 
    Philos Trans R Soc Lond B Biol Sci. 2006 Jul 29;361(1471):1251-63. Review.

3) Barr SI, Janelle KC, Prior JC. Energy intakes are higher during the luteal phase of ovulatory menstrual cycles. Am J Clin Nutr. 1995 Jan;61(1):39-43.

4) Bisdee JT, James WP, Shaw MA. Changes in energy expenditure during the menstrual cycle. Br J Nutr. 1989 Mar;61(2):187-99.

5) Buffenstein R, Poppitt SD, McDevitt RM, Prentice AM. Food intake and the menstrual cycle: a retrospective analysis, with implications for appetite research. Physiol Behav. 1995 Dec;58(6):1067-77. Review

6) Chung SC, Bond EF, Jarrett ME. Food intake changes across the menstrual cycle in Taiwanese women. Biol Res Nurs. 2010 Jul;12(1):37-4

7) Dalvit-McPhillips SP. The effect of the human menstrual cycle on nutrient intake. Physiol Behav. 1983 Aug;31(2):209-12

8) Dye L, Blundell JE. Menstrual cycle and appetite control: implications for weight regulation. Hum Reprod. 1997 Jun;12(6):1142-51. Review.

9) Eckel LA. The ovarian hormone estradiol plays a crucial role in the control of food intake in females. Physiol Behav. 2011 Sep 26;104(4):517-24

10) Gorczyca AM, Sjaarda LA, Mitchell EM, Perkins NJ, Schliep KC, Wactawski-Wende J, Mumford SL. Changes in macronutrient, micronutrient, and food group intakes throughout the menstrual cycle in healthy, premenopausal women. Eur J Nutr. 2015 Jun 5. [Epub ahead of print]

11) Johnson WG, Corrigan SA, Lemmon CR, Bergeron KB, Crusco AH. Energy regulation over the menstrual cycle. Physiol Behav. 1994 Sep;56(3):523-7

12) Li ET, Tsang LB, Lui SS. Menstrual cycle and voluntary food intake in young Chinese women. Appetite. 1999 Aug;33(1):109-18.