Le syndrome de Stein-Leventhal,
ou des « ovaires polykystiques » (SOPK)

Le syndrome des ovaires polykystiques (SOPK) est le trouble hormonal le plus courant chez les jeunes filles et les femmes, et de plus en plus de femmes en souffrent. Les experts estiment que 10 à 20 % des femmes en âge de procréer vivent aujourd’hui avec ce syndrome1,2,3. D’une part, les causes sont en partie congénitales et héréditaires. D’autre part, de nombreux experts pensent que les facteurs liés à l’environnement et au mode de vie ont également une influence (le lien exact fait encore l’objet de recherches). Le SOPK peut avoir un impact sérieux sur ta fertilité et ton bien-être général, mais heureusement, il peut être traité.

Tu penses souffrir du SOPK ? Consulte ton médecin.

La plupart des femmes sont diagnostiquées du syndrome des ovaires polykystiques entre 20 et 40 ans. Elles se rendent chez leur médecin traitant ou leur gynécologue lorsqu’elles présentent certains, voire la totalité des symptômes suivants :

  • Cycles irréguliers ou très longs (35 jours ou plus)
  • Désir d’enfant non satisfait en raison d’ovulations inexistantes ou irrégulières
  • Imperfections de la peau, y compris de l’acné sévère
  • Décolorations sombres de la peau, par exemple sur le cou ou sous les bras.
  • Virilisation : le physique devient plus viril ou masculin, la voix plus grave
  • Hirsutisme : augmentation de la pilosité faciale et corporelle, c’est-à-dire que davantage de poils poussent sur le menton, l’abdomen ou le dos
  • Perte de cheveux, tempes dégarnies
  • Souffrances psychologiques, déprime

Derrière tous ces symptômes, il peut y avoir d’autres causes que le SOPK Par conséquent, en plus d’une anamnèse détaillée et d’un examen de la peau et des cheveux, le diagnostic doit inclure une échographie des deux ovaires et un hémogramme. L’hémogramme doit inclure les différents taux d’hormones ainsi que la glycémie et les lipides. En effet, le SOPK est souvent associé à une résistance à l’insuline et/ou à des taux de cholestérol élevés, ce qui nécessite un traitement.

Comme le suggère le nom du syndrome des ovaires polykystiques, des ovaires hypertrophiés avec de nombreux petits kystes peuvent être visibles à l’échographie. Cette formation de kystes se produit chez environ 70 % des femmes atteintes du SOPK. En outre, le médecin détermine la concentration d’androgènes, c’est-à-dire des hormones sexuelles mâles dans le sang. En effet, la testostérone et ses dérivés jouent également un rôle majeur dans le bien-être et la fertilité des femmes. L’ovulation se produit de manière répétée ou pas du tout. C’est le cas chez 60 % des femmes atteintes de SOPK4. Le SOPK est généralement diagnostiqué lorsque d’autres causes des symptômes (par exemple, une maladie de la thyroïde) sont exclues et qu’au moins deux des critères suivants sont remplis :

  • Dysovulation ou anovulation (la rareté ou l’absence d’ovulations)
  • Virilisation (le physique devient plus viril ou masculin, la voix plus grave)
  • Ovaires polykystiques2,3

Approches thérapeutiques : Une alimentation plus saine, des médicaments ciblés

Deux tiers des patientes souffrant de SOPK sont en surpoids. Il n’existe pas de preuve concluante quant à ce qui était présent en premier, les changements métaboliques favorisant l’obésité ou le SOPK. Cependant, il est de plus en plus évident que le fait de changer de régime alimentaire et de faire plus d’exercice peut aider à combattre tous les symptômes en même temps4. Le fait d’éviter les plats tout prêts et le sucre industriel, d’inclure beaucoup de fruits et de légumes dans son alimentation, de marcher régulièrement, de faire du vélo, de danser, etc. peut avoir un effet positif sur la glycémie, ainsi que sur le cycle menstruel, la lipidémie, l’état de la peau et le bien-être mental. En cas de résistance à l’insuline, le traitement par des médicaments tels que la metformine peut également permettre de prévenir le développement du diabète sucré3.

Quand utiliser Daysy avec le SOPK

De nombreuses femmes atteintes de SOPK qui ovulent utilisent Daysy pour contrôler les effets positifs des changements apportés à leur mode de vie ou des traitements médicamenteux. Daysy peut t’aider à visualiser et à suivre tes cycles lorsque tu prends ta température basale quotidiennement. Il t’indique si tu as ovulé et quelle a été la durée totale de ton cycle. Ces informations sont utiles non seulement pour toi, mais aussi pour ton gynécologue. Même en cas de SOPK, Daysy distingue de manière fiable les jours fertiles et infertiles dans 99,4 % des cas. Cependant, lors des cycles sans ovulation, beaucoup plus de jours rouges et jaunes s’affichent (respectivement « possiblement fertiles » et « incertains »). Dans les cycles avec ovulation, Daysy passe au vert (« infertile ») une fois que l’ovulation a été détectée.

Même pendant un traitement au clomifène, tu peux utiliser Daysy pour observer les effets du traitement. Si tu n’ovules pas ou si tu es actuellement sous contraception hormonale, tu dois attendre le retour de l’ovulation ou l’arrêt de ta contraception hormonale avant d’utiliser Daysy.

Daysy 2.0 - ton moniteur de fertilité personnel
299.00 EUR

Incl. TVA et frais de transport - Produit disponible - délai de livraison: 2-3 jours*

Daisy calcule ta période de fertilité : Ton état de fertilité va être affiché soit en rouge (vous êtres fertile) soit ...

1) https://www.awmf.org/leitlinien/detail/anmeldung/1/ll/089-004.html

2) https://www.kup.at/kup/pdf/12148.pdf

3) https://www.rosenfluh.ch/media/gynaekologie/2019/02/Das-polyzystische-Ovarsyndrom-PCOS.pdf

4) PCOS_Evidence-Based-Guidelines_20181009.pdf