La méthode du moniteur de fertilité

Pour le décrire, le moniteur de fertilité se base sur la logique de l’observation de la fertilité, automatisée dans un dispositif intégré qui associe un appareil (capteur de température basale) et un logiciel (un algorithme d’apprentissage automatique). 

Le moniteur de fertilité fait partie des méthodes basées sur l’observation de la fertilité. Cette méthode associe la logique des méthodes manuelles existantes de suivi de la fertilité (comme la méthode du calendrier, la méthode calculo-thermique et la méthode symptothermique) au sein d’un processus automatisé dans l’outil de suivi de la fertilité, en utilisant un algorithme d’apprentissage automatique pour calculer les jours fertiles et infertiles de l’utilisatrice. Ce processus permet d’éviter les erreurs d’interprétation que l’utilisatrice peut faire avec les méthodes manuelles d’observation de la fertilité. (Pallon 2009 ; Barron 2005) 

Le premier moniteur de fertilité a été développé par le Dr Hubertus Rechberg en 1986. Son entreprise, Valley Electronics, continue à créer et à développer des moniteurs de fertilité dans le monde entier, comme Pearly, Lady-Comp, Baby-Comp et Daysy. 

Le moniteur de fertilité effectue le suivi de la température basale de l’utilisatrice et le documente, puis calcule indépendamment ses jours fertiles et infertiles à partir de ces données. Le moniteur de fertilité enregistre automatiquement les données et les évalue à l’aide d’un algorithme intelligent d’apprentissage automatique. En outre, l’algorithme vérifie en permanence les résultats de ses calculs par rapport aux données collectées précédemment, et apprend ainsi à distinguer de manière fiable les jours fertiles et infertiles. 

Tout ce que les utilisatrices doivent faire pour suivre leur fertilité avec précision est de mesurer régulièrement leur température basale et de saisir correctement la période de leurs règles. Le moniteur de fertilité s’occupe des étapes suivantes et détermine l’état de fertilité de l’utilisatrice. 

La méthode du moniteur de fertilité est en partie basée sur la méthode calculo-thermique et associe trois éléments :

  1. L’enregistrement et l’apprentissage de nouvelles données (la température basale quotidienne, le début et la fin des règles, ainsi que le recueil des données historiques du cycle) via un moniteur de fertilité. 
  2. L’évaluation de la hausse de la température après l’ovulation d’un point de vue statistique en se basant sur les données actuelles et historiques de la base de données, via un algorithme adapté au cycle féminin. 
  3. L’absence de saisie manuelle et d’erreurs d’interprétation grâce à l’association d’un équipement matériel (le capteur) et d’un logiciel (l’algorithme) au sein d’un même appareil (le moniteur de fertilité).

Le moniteur de fertilité (appareil/capteur) 

Le moniteur de fertilité utilise un capteur très précis pour mesurer la température basale de l’utilisatrice. Ce qui distingue ce capteur, c’est qu’il attend que la valeur finale de la température se stabilise. C’est pourquoi il peut prendre jusqu’à 60 secondes pour enregistrer la température. Ta température basale ne monte pas d’un coup : le capteur doit se réchauffer jusqu’à ce qu’il atteigne la valeur finale. Lorsqu’il se réchauffe, on obtient une courbe qui s’élève progressivement jusqu’à atteindre la température finale. Les autres dispositifs de suivi de la température basale prennent la mesure très rapidement, car ils extrapolent la courbe ascendante pour « deviner » la valeur finale ou s’en approcher. 

Le moniteur de fertilité attend que la température finale se soit stabilisée afin d’obtenir un résultat fiable. Et si la température redescend (par exemple à cause de la respiration et de l’air froid qui s’engouffre dans la bouche pendant la mesure), la valeur est enregistrée seulement lorsqu’elle est remontée et se stabilise. Cette méthode permet de s’assurer que la prise de température soit aussi précise que possible.

L’algorithme d’apprentissage automatique (logiciel)

L’algorithme associe la date de début des règles au démarrage d’un nouveau cycle. La température basale est mesurée quotidiennement pour définir la phase pré-ovulatoire jusqu’à ce que la valeur de la température à l’instant T ait augmenté selon un écart caractéristique. Comme les données sont insuffisantes lors des premiers cycles d’utilisation de l’appareil, l’algorithme part du principe que tous les jours (après les règles) jusqu’à l’ovulation peuvent être fertiles. C’est la raison pour laquelle tu auras plus de jours rouges (potentiellement fertiles) au cours des premiers cycles (figure 2 A). 

Ce processus est affiné par Daysy après une utilisation prolongée de l’appareil, et les jours infertiles de la phase de pré-ovulation sont calculés à partir des données précédemment saisies et de la température basale quotidienne.

Après cette période d’apprentissage au cours de laquelle le moniteur de fertilité recueille tes données personnelles, celui-ci commence à déterminer ton ovulation et le début ta période de fertilité 5 jours avant l’ovulation la plus probable. Ce calcul est effectué à partir des nouvelles données que tu as fournies (température basale, date de début et de fin du cycle menstruel, données passées sur le cycle) et comparé à l’analyse statistique de la base de données des cycles menstruels. L’algorithme détermine le jour de ton cycle où tu es susceptible d’ovuler au plus tôt. La phase fertile se poursuit ensuite jusqu’à ce que l’ovulation soit confirmée.

Dès que l’ovulation est supposée avoir eu lieu et que la fin de la période fertile est identifiée par le changement statistique de température, l’algorithme commence à attribuer des statuts post-ovulatoires et infertiles aux jours précédents. Chaque nouveau jour, une analyse statistique est utilisée pour réévaluer si tu te trouves toujours dans la phase lutéale caractérisée par le plafond de température élevée. L’appareil attend que tu aies eu tes règles, qui marquent le début d’un nouveau cycle, ou une phase prolongée de température élevée qui pourrait indiquer la concrétisation d’une grossesse (figure 2 B).

La méthode des températures

La méthode des températures se concentre sur la phase post-ovulatoire. La phase pré-ovulatoire, qui est souvent beaucoup plus longue, est considérée comme étant potentiellement fertile. La méthode part du principe qu’il y a des jours infertiles après l’ovulation. Lorsqu’elles ont un cycle relativement régulier, les utilisatrices peuvent supposer qu’environ 20 à 30 % des jours du cycle sont infertiles (y compris les règles) en se fiant à la méthode des températures. Avec la méthode du moniteur de fertilité, le nombre de jours fertiles est à peu près égal à celui des jours infertiles chez les femmes qui ont un cycle régulier.

La méthode du calendrier

Avec la méthode du calendrier, le calcul de la période de fertilité est basé sur la durée moyenne des cycles précédents. On part du principe que la phase lutéale, la deuxième moitié du cycle après l’ovulation, dure systématiquement 14 jours 1. La période de fertilité débute quatre jours avant cette estimation et s’achève trois jours après. Les informations relatives au cycle en cours (via la prise quotidienne de la température basale) ne sont pas prises en compte dans ce type de calcul. Étant donné que l’ovulation, et donc la période de fertilité individuelle peuvent fluctuer en moyenne de 5 jours au cours d’une année, cette méthode n’est pas du tout précise 2

La méthode calculo-thermique

La méthode calculo-thermique classique associe la température basale aux calculs du calendrier d’Ogino, soit le cycle le plus court moins 18 jours pour identifier le début de la période fertile, et utilise la température pour identifier la fin de la période fertile3.

Sur la base des résultats des travaux scientifiques sur la planification familiale naturelle (PFN), Valley Electronics a mis au point une méthode unique qui a donné naissance à une procédure d’évaluation unique par le biais de calculs statistiques et mathématiques.

Alors que la méthode calculo-thermique classique est basée sur une architecture rigide, la méthode du moniteur de fertilité permet d’étendre individuellement les jours infertiles après les règles sur la base des cycles déjà mesurés. En résumé, la méthode calculo-thermique essaie de définir la période de fertilité, tandis que la méthode du moniteur de fertilité (en raison de l’absence de données suffisantes) part du principe que tous les jours qui suivent les règles peuvent être fertiles lors des premiers cycles. 

Les jours infertiles qui suivent les règles sont calculés à chaque cycle de façon optimale, car la méthode du moniteur de fertilité repose sur un apprentissage actif. 

Dès que l’ovulation est supposée avoir eu lieu, sur la base de la température basale mesurée, la méthode du moniteur de fertilité commence à attribuer les jours post-ovulatoires infertiles. Chaque jour du cycle, ce calcul mathématique est (ré)évalué pour déterminer si tu te trouves toujours dans la phase lutéale infertile.

Comment utiliser Daysy de manière appropriée en évitant les erreurs d’utilisation ?

Daysy 2.0 - ton moniteur de fertilité personnel
299.00 EUR

Incl. TVA et frais de transport - Produit disponible - délai de livraison: 2-3 jours*

Daisy calcule ta période de fertilité : Ton état de fertilité va être affiché soit en rouge (vous êtres fertile) soit ...

1) Colombo, B. and Scarpa, B. Calendar methods of fertility regulation: A rule of thumb. Statistica , 56(1):3–14, 1996

2) Johnson, S., Marriott, L. & Zinaman, M. Can apps and calendar methods predict ovulation with accuracy? Curr. Med. Res. Opin. 34, 1587–1594 (2018)

3) Holt, J. G. H. Marriage and Periodic Abstinence , 2nd Edition (1st Edition 1937). Longmans, London, 1960